Fès à l’heure des « Littératures itinérantes »

Une quarantaine d’écrivaines et écrivains se donnent rendez-vous, samedi dans le mythique jardin Jnan Sbil à Fès, pour échanger et partager avec leurs lecteurs et férus de littérature dans la cadre la quatrième édition du festival « Littératures itinérantes ».

Et comme son thème le souligne « D’une culture à l’autre », cette édition fait la part belle à l’ouverture, l’échange et le partage avec une brochette d’auteurs de haute volée représentant, outre le Maroc, notamment la Palestine, la France, la Jordanie, l’Égypte, la Mauritanie, le Cameroun, le Liban, l’Algérie, la Tunisie, la Turquie, le Soudan ou encore la Côte d’Ivoire.

Ce festival des retrouvailles avec l’Histoire, a mûrement réfléchi son choix de jeter l’ancre -à l’occasion de cette quatrième version- dans la ville impériale de Fès, après les éditions de Salé (2017), Casablanca (2018) et Marrakech (2019), mettant à l’honneur l’Afrique avec pas moins de quinze écrivains originaires du continent.

Fidèle à sa devise, cette manifestation livresque œuvre à établir un lien étroit entre l’écrivain et le lecteur, en créant un échange entre eux dans un espace ouvert mais surtout magique et féérique qu’est le jardin Jnan Sbil, la littérature étant le meilleur moyen pour rapprocher les peuples et promouvoir le vivre-ensemble.

Cet événement, qui se veut en même temps culturel et littéraire par excellence, n’est certes pas un salon du livre mais un rendez-vous d’échange « en présentiel » autour de la création littéraire. Ce qui n’est pas des moindres !

Le lecteur pourra ainsi rencontrer en personne et discuter avec l’écrivain dont il lisait seulement les œuvres et qu’il ne connaissait qu’à travers le mot, le verbe ou la phrase, avec lesquelles il lui transmettait ses idées, ses réflexions et ses pensées les plus intimes.

Seront notamment de la partie, Fouad Laroui, Véronique Tadjo, Ivan Jablonka, Christiane Taubira, Hyam Yared, Mbarek Ould Beyrouk, Abdelfattah Kilito, Zayneb Laouedj, Najwane Darwich et Abdelaziz Baraka Sakin, pour ne citer que ces références de la littérature.

Aux tables-rondes et rencontres qui figurent au programme, cette édition est marquée par un concours de nouvelles des jeunes plumes dans l’objectif d’encourager la création littéraire chez les écrivains en herbe.