El Hajeb veut booster l’image de marque de son huile d’olive

Par Said Youssi.
Dans la province d’El Hajeb, la valorisation de la culture oléicole et ses produits en particulier l’huile d’olive semble sur la bonne voie, à la faveur des efforts de modernisation de la filière, consentis par les services concernés et les professionnels, l’objectif étant de booster l’image de marque de cette huile d’olive haut de gamme.

Comptant sur ses unités de trituration et de valorisation des olives de nouvelle génération, mise en service ces dernières années, la province veut conforter sa réputation de région au rendement le plus élevé par hectare au niveau de Fès-Meknès, mais aussi investir dans la promotion de son huile de qualité exceptionnelle à l’échelle nationale et internationale.

A l’unité de trituration « Aldahra », créée trois ans plutôt au niveau de la commune rurale Boubidmane, les employés s’activent pour la trituration de tonnes d’olives récoltées dans les fermes relevant du domaine privé du groupe propriétaire, se trouvant à proximité de cette structure ultramoderne.

« L’huile d’olive produite au sein de cette unité à la particularité d’être hautement fruitée avec un arrière gout vert intense très apprécié des consommateurs avertis et répondant aux exigences strictes du marché européen et américain », a expliqué le directeur de cette unité, Said El Kadiri.

Cette unité dont les produits sont destinés essentiellement à l’export, adopte une démarche basée sur « la maitrise de l’amont agricole, l’utilisation de la technologie de pointe en matière de processus d’élaboration et d’un haut niveau d’encadrement et de technicité », a souligné M. El Kadiri, ajoutant que cette approche s’est répercutée de manière positive sur l’image de marque de l’huile d’olive d’El Hajeb.

Des tonnes d’olives sont collectées, chaque année, au niveau des fermes dépendant de cette unité, respectueuse de l’environnement, « qui permet de valoriser l’olive et produire une huile hautement qualitative », a-t-il dit, ajoutant que cette huile est exportée vers les Etats-Unis et bientôt vers le Moyen Orient.

Cette structure fait partie des sept unités pilotes intégrées verticalement (amont productif-valorisation-conditionnement-export) que compte la province d’El Hajeb.

Approché par la MAP, le directeur provincial de l’agriculture s’est félicité des progrès réalisés ces dernières années par le secteur au niveau de la province, où la superficie réservée à cette filière s’élève à 19.000 Ha, ajoutant que l’olivier occupe désormais la première place s’agissant des arbres fruitiers au niveau de la province.

La filière oléicole se démarque, selon le responsable provincial, par l’adoption de la haute densité et l’hyper-intensif comme mode de production (2300/ha) ainsi que par le rendement le plus élevé au niveau de la région avec une moyenne de 8 tonnes/Ha.

Parmi les caractéristiques de cette culture au niveau d’El Hajeb, a-t-il fait savoir, l’intégration verticale étant donnée que les fermes se trouvent à proximité des unités de trituration et de conditionnement.

Les avancées réalisées dans le domaine au niveau de la province s’expliquent essentiellement par l’appui dont bénéficie la filière auprès du Fonds de développement agricole (FDA), dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) et de la stratégie « Génération Green 2020-2030 », via son offre qui concerne la plantation de l’olivier, a noté le même responsable. A la faveur du Plan Maroc Vert, la culture oléicole a connu d’importantes mutations relatives à l’extension de la superficie plantée avec l’introduction de nouvelles variétés, en plus de la restructuration des unités de trituration d’olives et de la modernisation du secteur de la valorisation de l’huile d’olive afin de permettre à la filière oléicole d’accompagner les exigences du marché.