https://www.yoloxxx.com/

Décarbonation des entreprises: Quatre questions au DG du CRI de Fès-Meknès

– Propos recueillis par Said YOUSSI –
La décision européenne d’appliquer une taxe carbone aux importations a déclenché une course contre la montre parmi les entreprises pour s’y conformer.

A Fès-Meknès, les unités industrielles n’échappent pas à la règle et se doivent de s’approprier les nouvelles règles et prendre les mesures qui s’imposent pour maintenir intacts leurs parts de marchés en Europe. C’est dans ce cadre qu’un processus de décarbonation vient d’être lancé en faveur de ces unités à l’initiative du Centre Régional d’Investissement (CRI) de Fès-Meknès. Dans un entretien à la MAP, son directeur général Yassine Tazi évoque les objectifs de cette démarche, les outils de sa mise en œuvre et ses retombées sur les entreprises.

1- Un processus d’accompagnement à la décarbonation des entreprises industrielles de la région de Fès-Meknès vient d’être engagé à l’initiative du CRI. Qu’est-ce que la décarbonation ? En quoi servira-t-elle les entreprises?

Le processus d’accompagnement à la décarbonation des entreprises industrielles de la région de Fès-Meknès, lancé par le CRI Fès-Meknès, en partenariat avec l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE), s’inscrit dans le cadre de la politique nationale en matière d’économie verte et du programme « Tatwir Croissance verte », lancé le 26 janvier 2021 par le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique

Ce programme, déployé via « Maroc PME » et l’AMEE, intervient dans le cadre du Plan de Relance Industrielle (PRI) 2021-2023, qui compte parmi ses axes stratégiques le positionnement du Royaume comme base industrielle décarbonée et circulaire.

Il s’agit principalement de déployer des mesures et des techniques afin de limiter l’empreinte carbone des entreprises industrielles de la Région à travers notamment la substitution des sources énergétiques entraînant des gaz à effet de serre par des énergies dites  »propres », dont les énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficacité énergétique de ces entreprises (diminuer les dépenses, pratiquer la sobriété énergétique et rénover les bâtiments industriels).

Cette démarche a pour but principal la mise à niveau de l’industrie exportatrice régionale, notamment en préparation de l’adoption du futur mécanisme d’ajustement carbone aux frontières de l’Union européenne (UE), à savoir la taxe carbone. Ce programme permettra aux exportations de se soumettre aux exigences qui seront imposées par l’UE en matière d’empreinte carbone tout en améliorant l’attractivité de ces produits en restant compétitifs en termes de coûts.

C’est dans ce cadre qu’intervient la convention inédite de partenariat signée avec l’AMEE portant sur l’accompagnement des entreprises industrielles de la région pour accélérer la transition vers une industrie bas carbone, notamment à travers la réalisation d’audits énergétiques et environnementaux, la mise en place d’un système de management de l’énergie et le conseil et l’accompagnement pour bénéficier du financement du programme « TATWIR Croissance verte’’.

2- En quoi consiste cet accompagnement ? Quel en sera le coût?

Il convient de souligner que ce programme vise, dans une première phase, la génération d’un investissement global de près d’un milliard de dirhams. Il offre un soutien à l’investissement, l’appui à l’innovation, le conseil et l’expertise pour la transformation verte des TPME industrielles.

Quatre axes essentiels sont à retenir, à savoir une prime d’investissement de 30pc pour l’appui au financement des équipements industriels, une aide remboursable de 5pc du projet d’investissement pour contribuer au financement des besoins en fonds de roulement des projets d’amorçage dans de nouvelles filières industrielles vertes, une prise en charge allant jusqu’à 50pc des dépenses engagées en matière d’innovation et de développement des produits notamment les frais d’études techniques, de développement des maquettes et de prototypes, de tests et analyses de laboratoires, de brevets et marques outre une prise en charge allant jusqu’à 80pc pour les PME et 90pc pour les TPE au titre des actions de conseil et d’expertise technique, portant notamment sur les audits et diagnostics énergétiques et environnementaux, la mise en conformité aux normes et labels, les systèmes de suivi en temps réel de la productivité énergétique, l’analyse de l’impact environnemental d’un produit, etc.

Le CRI et l’AMEE s’engagent ainsi à sensibiliser les industriels de la région à ce programme.

3- Vous avez lancé un appel à manifestation d’intérêt en appui au processus de décarbonation des TPME. En quoi consiste cette initiative ?

Lancé en mars dernier, dans le cadre de la convention de partenariat avec l’AMEE, cet appel à manifestation d’intérêt vient appuyer techniquement et financièrement la décarbonation des TPME industrielles de la région en ciblant les projets de croissance verte.

Parmi ces projets figurent la transition énergétique portant notamment sur l’optimisation des pratiques et des performances énergétiques des équipements et l’utilisation d’énergies renouvelables, l’amorçage de filières industrielles vertes saisissant les nouvelles opportunités de marché, l’innovation et le développement de produits éco-conçus ayant une empreinte carbone positive (véhicule hybride ou électrique, moto électrique, produits bio, produits à base de matières recyclées) et la mise en place de technologies propres dans les procédés de fabrication et des flux matières

Nous invitons toutes les entreprises intéressées par ce programme à y adhérer dès à présent. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’à fin 2021 via le lien : https://candidature.marocpme.gov.ma/tatwir-vert/ .

4- Pour mener à bien ce processus, vous avez lancé une enquête auprès des entreprises industrielles de la région. Quel en est le but ?

Effectivement, cette enquête qui cible des entreprises industrielles de la région vise à établir une classification de ces unités en fonction de critères spécifiques, qui détermineront leur assujettissement à un audit énergétique obligatoire (ces dernières pourront, de manière volontaire, s’y soumettre afin d’intégrer ce programme).

Cette étude fait partie d’un plan d’actions élaboré par le CRI et l’AMEE, afin de faire du programme « Tatwir Croissance verte » une vraie réussite au niveau de la région, pionnière en matière de décarbonation.

Elle porte également sur la réalisation d’une série d’ateliers de sensibilisation sur les techniques d’efficacité énergétique et de management de l’énergie, ainsi qu’au décret d’audit énergétique obligatoire et au programme « Tatwir Croissance verte ».

Les entreprises industrielles bénéficiaires seront accompagnées pour la constitution et la soumission de leurs dossiers pour intégrer ce programme.

Un autre axe majeur de ce plan d’actions ambitieux est lié à l’accompagnement à la certification à la norme ISO 50001 relative aux systèmes de management de l’énergie.

Fondée sur l’amélioration continue, cette norme définit un cadre d’exigences pour les entreprises relatif notamment à l’élaboration d’une politique pour une utilisation plus efficace de l’énergie, l’examen de l’efficacité de la politique et l’amélioration en continu du management de l’énergie.

image source sex videos floozy gets fastened and tortured.