Débat sur les meilleures pratiques de développement durable

Un atelier international autour de la thématique ‘’soutenabilité : vers un nouveau paradigme de développement dans l’espace euro-méditerranéen’’ a été organisé mardi à Fès, à l’initiative de l’Université Euromed de Fès (UEMF).

Initié en partenariat avec l’institut européen de la Méditerranée (IEMed), ce Workshop a connu la participation de chercheurs, experts, diplomates, chefs d’entreprises et spécialistes de haut niveau du Maroc et de la région euro-méditerranéenne, qui ont échangé autour de sujets se rapportant aux approches stratégiques du développement durable, à la transition énergétique de l’économie circulaire, aux approches participatives et aux dynamiques du changement climatique.

Le vice-président chargé de la recherche à l’Université Euromed de Fès, Tijani Bounahmidi, a souligné, à cette occasion, que le choix de la thématique de cet atelier est ‘’très pertinent’’, en ce sens qu’il se tient au lendemain de la publication du rapport d’évaluation du programme de l’agenda onusien à l’horizon 2030 sur les objectifs de développement durable, notant que ces objectifs sont au nombre de 17, avec 169 cibles ou sous-objectifs et 230 indicateurs.

Cette rencontre, a-t-il poursuivi, est d’autant plus importante qu’elle vient contribuer aux travaux menés actuellement au Maroc pour l’élaboration du nouveau modèle de développement, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

M. Bounahmidi a également fait savoir que le développement durable a été le premier concept vers lequel les premières activités de l’université se sont focalisées, ajoutant que les deux premières formations qui ont été soumises à une demande d’accréditation par l’UEMF furent la filière du master en génie environnemental et la filière ‘’énergies renouvelables et efficacité énergétique’’.

Le développement durable a été ensuite introduit comme discipline transversale dans toutes les filières de formation des huit établissements que compte actuellement l’UEMF, a-t-il ajouté.

Il a, par la même occasion, exprimé la disposition de l’UEMF à jouer un rôle ‘’très actif’’ pour contribuer, avec ses partenaires de l’espace EuroMed et africains plus particulièrement, à l’accompagnement des politiques gouvernementales pour l’atteinte des ODD au niveau local, national, régional et africain, précisant que la contribution des universités est ‘’nécessaire’’ pour la formation de cadres qualifiés, la réalisation des activités de recherche pour la maîtrise des différents objectifs et le développement de systèmes d’ODD et des moyens de mesure des indicateurs de suivi.

Le directeur général par intérim de l’institut européen de la Méditerranée (IEMed), Josef Ferré, a souligné, de son côté, que les objectifs du développement durable est un nouveau paradigme qui interpelle aussi bien les pays développés que les pays du sud, notant que le développement durable est ‘’une responsabilité collective’’.

M. Ferré a aussi mis l’accent sur ‘’la capacité et l’intérêt des moyens et des innovations technologiques à atténuer l’impact sur l’environnement à des prix compétitifs dans les domaines de la gestion de l’eau, l’assainissement, l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la pêche, l’élevage et l’agriculture et la consommation, rappelant que le bassin méditerranéen est l’un des espaces les plus menacés par les changements climatiques.

Au menu des débats, figuraient plusieurs axes portant sur ‘’les défis de la transition énergétique dans la région euro-méditerranéenne’’, ‘’les approches stratégiques du développement durable dans la région euro-méditerranéenne’’ et ‘’les ODD et les modèles de développement locaux’’.