Parution d’un nouvel ouvrage collectif sur ‘’le mariage des filles mineures au Maghreb’’

‘’Le mariage des filles mineures au Maghreb : étude comparative’’ est l’intitulé d’un nouvel ouvrage collectif qui vient de paraitre, sous la direction du chercheur marocain Moha Ennaji.

Éditée par le Centre Sud Nord pour le dialogue interculturel à Fès, cette nouvelle publication de format moyen (150 pages) comprend une dizaine de chapitres en langues française, anglaise et arabe.

L’ouvrage collectif, fruit d’études et de recherches de nombreux auteurs marocains et étrangers, se focalise sur ‘’les causes et les conséquences du mariage des filles mineures et les moyens à mettre en œuvre pour combattre ce fléau social qui ravage plusieurs sociétés africaines et musulmanes’’.

Le chercheur Moha Ennaji estime, en introduction, qu’’’il faudrait développer une approche genre pour encourager la participation des femmes dans tous les domaines vitaux afin d’éradiquer ce fléau social’’.

Dans une étude, l’universitaire Fatima Sadiqi pointe ‘’les faiblesses de la Moudawana et soutient que la mise en œuvre du code de la famille varie d’une région à l’autre, mais qu’en général, cela rencontre des résistances’’.

Un autre chapitre cerne le phénomène du mariage des enfants dans la région d’Imilchil au Sud-Est du Maroc où ‘’la population a tendance à restreindre l’éducation des filles en les mariant parce qu’elle craint que les filles soient exposées à des violences sexuelles potentielles et à des abus’’.

L’ouvrage aborde également le mariage précoce et son impact négatif sur la santé des femmes tunisiennes, ainsi que sur le bien-être de la famille, notant que le mariage des mineures est encore pratiqué dans le monde arabe et dans d’autres pays malgré l’interdiction par la législation.

D’autres études détaillées dans cette publication mettent l’accent sur le rôle joué par les juges et les avocats dans la mise en œuvre du code de la famille au Maroc, ou encore sur la compatibilité entre les obligations internationales et les lois déterminant l’âge du mariage dans les pays arabes, notamment en Algérie.

Moha Ennaji compte à son actif plusieurs publications, dont ‘’les Marocains musulmans en Europe’’, ‘’la culture amazighe et le développement humain’’, ‘’la culture populaire et les défis de la mondialisation’’, ‘’langue et genre dans la région méditerranéenne’’, ‘’multilinguisme, identité culturelle et éducation au Maroc’’, ‘’société civile, genre et développement durable’’, outre un nombre considérable d’articles dans des revues spécialisées marocaines, européennes et américaines.